Développé avec Berta.me

  1. Strasburg, Colorado : Nouvelles de nulle part

    Nous avons nos habitudes, nos repères, et lorsque nous arrivons dans une petite ville de trois mille habitants, même au milieu de nulle part entre Rocheuses et Kansas, nous nous attendons à trouver la mairie en son centre. Inutile de partir à la recherche d’un pendant à Roland Ries dans cet autre Strasb(o)urg : pas de maire, pas de conseil municipal, on s’arrange en faisant sans, on n’en ressent pas le besoin, on n’a pas besoin qu’on mette le nez dans nos affaires, d’autant que ça coute cher. Du coup la ville n’existe pas vraiment, elle est divisée en diverses zones administratives qui se chevauchent et s’ignorent. Nul ne sait exactement où elle commence et où elle s’arrête.

    Arpenter longuement cette ville qui existe à peine, c’est faire l’expérience de la menace constante de la disparition. ‘Il n’y a pas grand chose ici’, a-t-on déclaré plusieurs fois au curieux voyageur strasbourgeois comme pour s’excuser. Si la sécheresse règne une grande partie de l’année, en ce mois de mai règne le ballet des immenses nuages qui s’amoncellent lentement dans l’après-midi pour déclencher des torrents d’eau et des lames de vent qui se déversent impitoyablement sur les hautes plaines sans défense, réduites à prier en espérant que les tornades passeront ailleurs.

     Cette fragilité se décline aussi volontiers dans la défense inquiète d’un style de vie rural et conservateur, d’une idée éternelle de la small town américaine. Partout en effet surgissent de nouveaux lotissements qui grignotent peu à peu les terres agricoles pour accueillir des néo-strasburgeois de plus en plus nombreux à s’installer ici pour travailler à Denver, à soixante kilomètres de route droite : la petite bourgade agricole s’est doublée d’une cité dortoir.

    De l’église au bowling, du saloon à l’atelier de locomotives, ces images tirées de quelques jours d’errance et de rencontres fortuites proposent un portrait personnel d’un autre Strasb(o)urg, d’une autre vie précaire mais encore vivace.